Un bilan workaway surprise à Los Cristianos

Ville de Los Cristianos Tenerife voyage

Je viens de passer une semaine de transition entre deux projets dans le sud de Tenerife, à Los Cristianos. Ça a été pour moi le moment de faire le bilan car le premier projet Workaway, qui sur papier était bien parti, s’est révélé être un sacré apprentissage.

La réalité sur mon projet Workaway

workaway tenerife iles canaries chevres voyage

Pour rappel, mon amoureux et moi nous étions engagés dans un projet au nord de Tenerife pour 2 mois (voir 1er article). Il s’agissait d’aller s’occuper d’animaux et d’entretenir un terrain dans une sorte de finca (petite ferme) en échange du gîte et du couvert. 

Je pensais que mon travail allait être diversifié, que j’allais avoir une relation de confiance et bienveillante avec mon hôte et que j’allais me ressourcer dans cette finca qui se trouvait aux abords d’un petit village.

La réalité, c’est que j’ai passé presque 2 mois à retirer de mauvaises herbes. Alors oui, je me suis aussi occupée des animaux et ça c’est une partie que j’ai beaucoup appréciée, mais qui représentait finalement une partie minime du travail. 

Aussi, je n’ai pas partagé beaucoup de moments de qualité avec l’hôte en question et notre relation s’est avérée être plutôt une relation employé-employeur, assez froide et pas toujours bienveillante. 

Pour finir, je n’avais pas un accès très facile à des lieux reposants en pleine nature et je ne me sentais pas vraiment bien sur le terrain. Il était surchargé de brols en tout genre, affaires de récup’ et recouvert de graviers ou de tapis de fausse herbe. 

Malgré tout, il y avait aussi toute une série de choses positives : la vue était incroyable, j’ai adoré être en contact avec les animaux, et j’ai quand même eu quelques rares moments de partage avec mon hôte au début du séjour.

C’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas tout de suite réalisé que je ne me sentais pas bien.

Une prise de conscience étouffée par mes peurs

Après un mois, lors d’une discussion avec mon amoureux, j’ai réalisé que je n’étais plus motivée, que je n’avais plus envie d’être là et encore moins de partager du temps avec notre hôte. 

J’avais envie de partir, mais je me suis dit qu’on s’était engagé pour deux mois, que cela ne se faisait pas de partir prématurément et que notre hôte comptait sur nous.

Puis partir pour aller où ? Cela allait aussi impliquer de dépenser de l’argent pour payer un logement, notre nourriture… Puis, comment notre hôte allait-elle réagir ? 

Enfin bref, toute une série de peurs sont remontées d’un coup et ont complètement mis mon mal être au second plan. Je me suis alors persuadée que je n’étais pas si mal et que j’avais de la chance d’être là. Et mon amoureux et moi avons donc décidé de rester.

Un électrochoc qui m’a réveillée

Cela a duré 2 semaines et demie, puis coup de théâtre : un conflit survient entre nous et notre hôte et en quelques minutes à peine, nous nous faisons mettre à la porte. Autant te dire que le choc a été violent.

Mais d’un seul coup, tout est devenu clair. Moi qui était partie pour expérimenter la liberté, je m’étais finalement enfermée dans une relation, dans un lieu et dans un rythme de vie qui ne me convenaient pas. 

Je m’étais en quelque sorte sacrifiée pour quelqu’un qui n’avait pas vraiment de considération pour nous, qui n’était pas du tout à l’écoute et qui n’a pas hésité deux secondes à nous mettre dehors à la première occasion.

Une pluie de prises de conscience

Il m’a bien fallu quelques jours pour retomber sur mes pattes. Mais une fois le choc et la colère passés, j’ai réalisé que la relation que j’entretenais avec cette hôte était un reflet de la relation que j’entretenais avec moi-même. 

Je lui reprochais de nous mettre la pression, d’être très critique envers nous, de ne pas avoir de considération pour nous et de ne pas être à l’écoute. Exactement ce que je faisais envers moi. 

En effet, depuis le début du projet, je me suis mis la pression pour faire le meilleur travail et le plus rapidement possible, quitte à me blesser, tout cela pour plaire. Et je ne me suis pas écoutée et considérée quand j’ai senti que je ne me sentais plus bien dans cet endroit et cette relation.

Des apprentissages qui me guideront

parapente a tenerife los cristianos voyage

Cette expérience très confrontante a donc été une belle occasion d’aller voir encore plus en profondeur en moi. Elle m’a également permis de me libérer d’un endroit dans lequel je ne me sentais plus bien.

Et elle nous a conduit à cette semaine de “vacances” surprise à Los Cristianos, dans le sud de Tenerife. Nous en profitons pour nous ressourcer, aller à la plage, manger du bon poisson et même faire un vol en parapente !

J’en profite aussi pour faire le point et définir ce que je ne veux plus vivre dans nos expériences à venir. C’est-à-dire, m’enfermer dans une situation dans laquelle je ne me sens pas bien à cause de mes peurs, me sacrifier et accepter une relation malveillante par envie d’être aimée.

Cela paraît tellement évident dit comme cela, mais c’est beaucoup plus facile à voir avec du recul que lorsque l’on est en plein dans la situation. C’est fou à quel point on peut être aveuglé par nos peurs et se convaincre d’être bien dans un contexte qui est en fait en train de nous consumer à petit feu.

Bref, il est temps de reprendre la responsabilité de mon bien-être et d’essayer de vivre la suite de cette aventure plus en conscience.

qu'est-ce que la sonothérapie

Qu’est-ce que la sonothérapie ?

Qu’est-ce que la sonothérapie ? Qu’est-ce que la sonothérapie ? C’est ce que tu vas découvrir dans cet article en...

la voix de l amour

La voix de l’amour

La voix de l’amour La voix de l’amour est le 2e module du programme “Chant de l’Âme” proposé par Clélia...

Laisser un commentaire